Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
  
Conduite automobile et personnes âgées

Conduite automobile et personnes âgées

Peut-on interdire la conduite automobile à une personne en raison de son âge ? Sur quels critères le faire ? Ce sont des questions fréquentes et qui ont une incidence importante sur la vie quotidienne surtout en dehors des villes où les déplacements se sont essentiellement en voiture. En plus, dans les précédentes générations, les femmes conduisaient peu et elles ne peuvent pas prendre le relais de leur mari. En 2000 la proportion de conducteurs de plus de 65 était de 20 %, elle devrait atteindre 30 % en 2040. 

Les personnes âgées font-elles plus d’accidents ? 

Souvent, les personnes mettent en avant un parcours de conduite irréprochable, sans aucun accident depuis de nombreuses années, mais la réalité est un peu différente. Le permis de conduire est le plus souvent passé à 18 ans.

Cependant, en l’espace de trente ans l’évolution des voitures (ordinateur de bord, conduite assistée..) et surtout du trafic en terme de volume et de rapports humains a été bouleversés. Les conducteurs âgés ont sans doute peu d’accidents mais rapporté aux kilomètres parcourus, le risque est élevé d’autant qu’ils conduisent dans des circonstances associées à un faible risque d’accident (conduite de jour, lors de périodes à faibles densités de trafic, vitesse réduite). Le risque de décès est nettement augmenté si l’on tient compte du faible kilométrage parcouru par les sujets les plus âgés (2,5 décès pour 100 millions de kilomètres entre 15 et 19 ans, mais 6,2 décès après 85 ans).

Que faut-il évaluer dans la conduite automobile ? 

La conduite automobile est complexe car elle nécessité des réactions simultanées rapides, un partage de son attention (visualisation du trafic, placement du véhicule, obstacle, piétons…), un choix régulier du bon itinéraire…Selon les différentes études réalisées, trois éléments sont à prendre en compte : le savoir-faire du conducteur, son comportement au volant, son aptitude à la conduite.

Le savoir-faire du conducteur peut être apprécié en évaluant les capacités d’une personne en situation de conduite réelle. Il s’agit souvent de renseignements donnés par l’entourage sur son aptitude à conduire de manière fluide dans différentes situations. Il est évident que l’utilisation régulière sans interruption d’un véhicule permet un meilleur entretien de ses capacités. Souvent également, les personnes utilisent les mêmes itinéraires. Il est intéressant de connaitre leur réaction face à un changement de route imprévu par exemple.  On peut constater que les sujets âgés garde une bonne connaissance du code de la route malgré l’apparition de 170 panneaux depuis 1950.

Le comportement au volant est important. Il s’agit de comprendre ce que fait en pratique le conducteur au volant. Un conducteur est dangereux par exemple lorsqu’il roule trop vite, consomme de l’alcool ou téléphone en conduisant…Globalement avec l’âge, le conducteur est moins enclin à prendre des risques au volant. Il modifie aussi ses habitudes de conduite en évitant la conduite de nuit, les heures de trafics chargés, les voies rapides et en réduisant les parcours.  

L’aptitude à la conduite est au final la donnée la plus importante. Elle correspond aux capacités physiques et mentales nécessaire pour la conduite. Trois grands domaines sont importants : les capacités sensorielles permettant une bonne perception de l’environnement (acuité visuelle et auditive,), les capacités cognitives (attention et l’orientation dans le temps et l’espace, mémorisation, jugement et prise de décision...) et les capacités motrices (force musculaire, vitesse d’exécution et coordination des mouvements).

Conduit et vieillissement ?

Lors du vieillissement physiologique, on constate une baisse significative de l’aptitude à la conduite  surtout après 70-75 ans. Il s’agit en premier lieu de difficultés liées à une baisse d’acuité visuelle, d’une forte sensibilité à l’éblouissement.  Ensuite après 75/80 ans,  on constate une augmentation assez nette des temps de réaction, de la capacité attentionnelle et des réactions face à plusieurs tâches simultanées. La coordination est moins précise et moins rapide. Elle peut être compensée par des améliorations techniques comme l’assistance au freinage et la direction assistée. La force musculaire est moins en cause. 

Prendre une décision d’arrêt de la conduite est importante. Elle peut entrainer une perte d’indépendance sociale et le vécu est douloureux pour une personne âgée. 

Vous êtes une personne âgée ou un aidant, vous avez besoin d'aide au quotidien ?
Evaluez vos difficultés ou appelez-nous au 01 84 19 26 14
Sénior ou aidant
Evaluez vos difficultes au quotidien
Trouver des solutions adaptées
JE FAIS LE TEST
JE RECHERCHE
Veuillez remplir ce formulaire, un conseiller vous rappellera :
A propos de nous
Je Suis Autonome est le premier site internet qui analyse gratuitement les difficultés des seniors et de leurs aidants et qui les met en relation avec des prestataires de qualité. Auxiliaire de vie, aide juridique, portage de repas, soins esthétiques mais aussi équipement de sécurité, de téléassistance et aménagement de la maison, avec Je Suis Autonome, nous vous aidons à choisir pour que vous soyez bien chez vous en quelques clics. Nous vous conseillons aussi sur les maisons de retraite, les résidences de services et les hébergements temporaires.
Suivez-nous
Restez en contact sur les réseaux sociaux !


loading
Chargement...
Back to Top