Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
  
L'apathie

L'apathie

Définition de l'apathie

L’apathie se définit comme une absence ou un manque de sentiment, d’intérêt, de motivation persistant pendant au moins 4 semaines. Elle peut être secondaire à une maladie neurologique ou psychiatrique et parfois elle s’associe à certaines maladies générales. 

A quels troubles, maladies associe-t-on l'apathie ?

Sur le plan neurologique l’apathie se retrouve dans le cadre de la maladie d’Alzheimer (elle toucherait près de la moitié des patients au fur et mesure de l’aggravation de la maladie) et les autres formes de démences.  Elle survient dans 50% des cas chez les patients présentant une démence à corps de lewy et 80% chez ceux présentant une démence fronto temporale. Ce symptôme est également fréquent dans la maladie de Parkinson affectant environ un patient sur deux. Sur le plan psychiatrique elle peut se voir dans les dépressions majeures et les troubles dissociatifs comme les schizophrénies. Pour les maladies générales, il s’agit en premier lieu de l’hypothyroïdie, et des intoxications médicamenteuses. 

Les symptômes de l'apathie

L’apathie peut passer longtemps inaperçu contrairement à des symptômes plus envahissants comme l’agitation, les délires ou les hallucinations. Il faut donc savoir le repérer de façon systématique. Il s’agit d’une personne qui perd la motivation, l’initiative pour entreprendre des choses et ne répond plus aux sollicitions de l’entourage. Il se replie sur soi et ne participe plus aux activités sociales autrefois investies. Il perd également l’empathie c’est-à-dire la capacité à partager des émotions, tristes ou heureuses avec son entourage. Par exemple l’annonce d’un décès ou d’une naissance va le laisser indifférent.  Attention l’apathie n’est pas la dépression, les personnes n’ont pas une humeur triste et ne se reconnaissent pas déprimées. 

Comment réagir ? Quels sont les traitements ?

La priorité est de faire une évaluation médicale pour rechercher la cause de cette apathie. Il faut ensuite envisager à côte de la prise en charge spécifique, des mesures d’accompagnement des aidants à domicile et des approches non médicamenteuses (stimulations cognitives, activités de groupe dans des accueils de jour…). Il est aussi toujours nécessaire de chercher et réduire les médicaments à risque d’effets secondaires favorisant l’apathie.

Pour en savoir plus :

Vous êtes une personne âgée ou un aidant, vous avez besoin d'aide au quotidien ?
Evaluez vos difficultés ou appelez-nous au 01 84 19 26 14
Sénior ou aidant
Evaluez vos difficultes au quotidien
Trouver des solutions adaptées
JE FAIS LE TEST
JE RECHERCHE
Veuillez remplir ce formulaire, un conseiller vous rappellera :
A propos de nous
Je Suis Autonome est le premier site internet qui analyse gratuitement les difficultés des seniors et de leurs aidants et qui les met en relation avec des prestataires de qualité. Auxiliaire de vie, aide juridique, portage de repas, soins esthétiques mais aussi équipement de sécurité, de téléassistance et aménagement de la maison, avec Je Suis Autonome, nous vous aidons à choisir pour que vous soyez bien chez vous en quelques clics. Nous vous conseillons aussi sur les maisons de retraite, les résidences de services et les hébergements temporaires.
Suivez-nous
Restez en contact sur les réseaux sociaux !


loading
Chargement...
Back to Top