Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
  
La maladie de Parkinson et troubles cognitifs

La maladie de Parkinson et troubles cognitifs

La maladie de parkinson est classiquement défini par sa symptomatologie motrice mais il apparaît maintenant de plus en plus évident que les symptômes non moteurs et en particulier les troubles cognitifs et comportementaux occupent une place importante à tous les stades de la maladie.

Les troubles cognitifs sont souvent associés à la maladie de Parkinson avec une prévalence de la démence autour de 30%. Elle apparaît au cours de l’évolution de la maladie en moyenne après 7 à 10 ans d’évolution. L’âge de début tardif de la maladie semble être un facteur de risque plus important d’évolution vers la démence associée à la MP.

Cependant, les troubles cognitifs non démentiels ou troubles cognitifs légers (MCI) sont maintenant aussi reconnus comme étant très fréquents et dès le début de la maladie. Certaines études estiment que 25% à 40% des patients nouvellement diagnostiqués présenteraient des troubles cognitifs légers mais que souvent ils sont sous diagnostiqués car la plainte cognitive est souvent absente et l’entourage peut ne pas s’en rendre compte.

Les troubles cognitifs légers de la MP sont caractérisés par :

  • Une atteinte des fonctions exécutives (planification, prise de décision, conceptualisation)
  • Une atteinte de la mémoire de travail
  • Des difficultés d’encodage et de  récupération dans la mémoire épisodique
  • Un trouble de l’attention qui retentit aussi sur les processus de mémorisation
  • Un ralentissement du traitement de l’information
  • Des troubles visuo spatiaux
  • Le langage est moins souvent affecté

Les troubles cognitifs légers ont des conséquences non négligeables dans les activités de la vie quotidienne et retentissent sur la qualité de vie des patients et de leurs familles. Ils sont souvent associés à des troubles comportementaux dominés par la dépression, l’anxiété, l’apathie et les hallucinations.

Les traitements médicamenteux n’ont pas d’impact sur ses troubles. Il y a peu de publications sur la réhabilitation mais cette voie semble intéressante. L’orthophonie individuelle est plus souvent centrée sur l’hypophonie et les troubles articulatoires et de déglutition. Une prise en charge en groupe en stimulation cognitive semble aussi intéressante. Les objectifs sont :

  • D’améliorer l’adaptation du patient dans la vie quotidienne en lui donnant une meilleure connaissance de ses troubles et en lui proposant la mise en place de stratégie de substitution et d’utilisation de support.
  • D’améliorer les symptômes comportementaux en particulier anxiété, apathie et dépression par la stimulation de groupe et la revalorisation
  • Améliorer la qualité de vie des patients et des aidants
  • Explication sur les troubles cognitifs légers et leur prise en charge

Pour en savoir plus:

Vous êtes une personne âgée ou un aidant, vous avez besoin d'aide au quotidien ?
Evaluez vos difficultés ou appelez-nous au 01 84 19 26 14
Sénior ou aidant
Evaluez vos difficultes au quotidien
Trouver des solutions adaptées
JE FAIS LE TEST
JE RECHERCHE
Veuillez remplir ce formulaire, un conseiller vous rappellera :
A propos de nous
Je Suis Autonome est le premier site internet qui analyse gratuitement les difficultés des seniors et de leurs aidants et qui les met en relation avec des prestataires de qualité. Auxiliaire de vie, aide juridique, portage de repas, soins esthétiques mais aussi équipement de sécurité, de téléassistance et aménagement de la maison, avec Je Suis Autonome, nous vous aidons à choisir pour que vous soyez bien chez vous en quelques clics. Nous vous conseillons aussi sur les maisons de retraite, les résidences de services et les hébergements temporaires.
Suivez-nous
Restez en contact sur les réseaux sociaux !


loading
Chargement...
Back to Top