Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
  
L’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil

Comment se définit l’apnée du sommeil ? 

L’apnée du sommeil est un arrêt répété de la respiration au cours du sommeil. Ce syndrome d'apnées-hypopnées obstructives du sommeil touche 4 % de la population en France.

 Ces pauses respiratoires sont dues à un blocage du passage de l’air au niveau des voies aériennes supérieures. Lorsque ce blocage est complet, on parle d’apnée et lorsqu’il est incomplet on parle d’hypopnée.  Au moment du sommeil les muscles de la paroi de  l’arrière gorge s’affaissent et entrainent des obstructions répétées complètes ou partielles des voies respiratoires. Ces pauses et donc les blocages respiratoires peuvent se répéter plusieurs fois par nuit et elles sont considérées comme pathologiques lorsqu’elles durent plus de 10 secondes.  Le syndrome d’apnée du sommeil se définit par la survenue de ces pauses plus de 10 fois par heures. 

Quels sont les conséquences de l’apnée du sommeil ? 

La répétition des apnées et hypopnée va avoir des conséquences sur l’oxygénation et en particulier l’apport en oxygène du cerveau. Ce manque d’oxygène  va provoquer de nombreux réveils nocturnes de courtes durée (micro éveils) mais perturbant considérablement la qualité du sommeil qui devient saccadés, de plus courte durée accompagné de ronflement. Le cœur va également devoir travailler davantage et donc au fil du temps cela entraine un épuisement de ses capacités. Le sommeil n’est plus reposant, les réveils sont difficiles. 

Comment se manifestent les apnées du sommeil ? 

Le plus souvent c’est l’entourage et le conjoint(e) qui s’inquiètent. Ils constatent au cours du sommeil : un ronflement important, des pauses respiratoires, des réveils nocturnes avec une sensation d’étouffement, des mouvements répétés dans le lit.

La personne peut ressentir des symptômes liés au manque d’oxygénation nocturne : des maux de tête ou une fatigue au réveil, des sueurs nocturnes, des levers nocturnes fréquents pour uriner, une somnolence dans la journée, des troubles de concentration et de la mémoire, une irritabilité, des troubles de la libido…

L’apnée du sommeil peut être associée à d’autres phénomènes nocturnes comme le syndrome des jambes sans repos. 

Comment faire le diagnostic d’apnée du sommeil ?

Le ronflement et les arrêts respiratoires sont souvent les principaux signes d’alerte. La présence d’apnées sera confirmée par  un enregistrement du sommeil. On mesure l’index d’apnées et d’hypopnées (nombre d’événements respiratoires par heure de sommeil) et on précise leur sévérité  en fonction du niveau de l’oxygénation cérébrale (saturation du sang en oxygène durant la nuit). On considère qu’il s’agit d’une apnée du sommeil  légère entre 5 et 15 apnées/hypopnée par heure, entre 16 et 30 elle est modérée, au-dessus de 30 elle  est sévère.

Quels sont les traitements de l’apnée du sommeil ?

Dans un premier temps et dans tous les cas, on propose des mesures hygiéno diététiques.

- certaines sont simples à mettre en œuvre : éviter les décalages importants de sommeil qui risquent ensuite de perturber le sommeil du lendemain, éviter  les repas copieux le soir  qui rendent le sommeil de mauvaise qualité, éviter de se mettre en privation de sommeil qui entraine une fatigue le lendemain et aggrave la somnolence déjà induite par les apnées du sommeil.

- D’autres sont plus compliquées car elles impliquent des changements importants d’habitudes : ne pas prendre de somnifères en particulier les benzodiazépines qui jouent sur la respiration, réduire son sur poids, éviter la position dorsale qui augmentent le nombre d’apnée (pour éviter de dormir sur le dos, l’astuce la plus simple consiste à coudre une balle de tennis dans le dos de la veste de pyjama)

Ensuite les médecins spécialisés dans le sommeil peuvent décider de techniques plus complexes, remboursées par la sécurité sociale mais sous certaines conditions de prescriptions.

- traiter toute obstruction nasale qui va augmenter les difficultés au passage de l’air.

- mettre un orthèse d’avancée mandibulaire la nuit. Elle se présente comme un appareil dentaire ayant pour objectif d’avancer la mâchoire inférieure et ainsi dégager le fond de la gorge. Il est indiqué pour les apnées peu sévères. Certaines orthèses sont remboursées par la sécurité sociale. 

- La ventilation en pression positive continue représente actuellement le traitement de référence.  Ce sont de petites machines qui propulsent sous pression de l’air ambiant dans les voies aériennes pour empêcher leur fermeture. Il faut appliquer un masque sur la bouche ou le nez ce qui constitue la contrainte majeure de la technique et le facteur d’arrêt de traitement essentiel. Une observance moyenne égale ou supérieure à 4h par jour est utile pour avoir un  bénéfice du traitement. La machine est prise en charge par la sécurité sociale mais sous condition d’une utilisation régulière et  la durée d’utilisation conditionne le remboursement.

- dans les formes sévères et en cas d’échec de tout autre traitement,  une chirurgie peut être proposée avec une intervention sur la mâchoire inférieure pour réaliser une avancée de la mâchoire. Il s’agit d’intervention lourde.

Quels sont les effets du traitement ?

On peut voir des bénéfices presque immédiats avec la mise en route de la ventilation en pression positive. En effet très vite le sommeil devient de meilleure qualité,  il est plus profond et plus continu.  La personne se réveille alors moins fatiguée et la journée est elle aussi de meilleure qualité. 

A plus long terme, la personne va constater une  amélioration de sa vigilance et de sa concentration dans la journée.  Surtout, la correction des apnées permet de réduire le risque cardio vasculaire maintenant bien reconnu dans de nombreuses études scientifiques. 

Pour en savoir plus : 

Vous êtes une personne âgée ou un aidant, vous avez besoin d'aide au quotidien ?
Evaluez vos difficultés ou appelez-nous au 01 84 19 26 14
Sénior ou aidant
Evaluez vos difficultes au quotidien
Trouver des solutions adaptées
JE FAIS LE TEST
JE RECHERCHE
Veuillez remplir ce formulaire, un conseiller vous rappellera :
A propos de nous
Je Suis Autonome est le premier site internet qui analyse gratuitement les difficultés des seniors et de leurs aidants et qui les met en relation avec des prestataires de qualité. Auxiliaire de vie, aide juridique, portage de repas, soins esthétiques mais aussi équipement de sécurité, de téléassistance et aménagement de la maison, avec Je Suis Autonome, nous vous aidons à choisir pour que vous soyez bien chez vous en quelques clics. Nous vous conseillons aussi sur les maisons de retraite, les résidences de services et les hébergements temporaires.
Suivez-nous
Restez en contact sur les réseaux sociaux !


loading
Chargement...
Back to Top