Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
  
Syndrome des jambes sans repos

Syndrome des jambes sans repos

Le syndrome des jambes sans repos (ou impatience ou maladie de maladie de Willis et Ekbom) se traduit par des picotements, démangeaisons, fourmillements  inconfortables entrainant des mouvements irrépressibles aux membres inférieurs le plus souvent. Elles touchent les bras dans 20% des cas. Cette gêne se manifeste le soir et la nuit, et retentit  la qualité de vie et le sommeil.  Les personnes ayant un syndrome des jambes sans repos peuvent présenter aussi des mouvements périodiques au cours du sommeil qui sont des mouvements brefs et réguliers  au niveau des jambes, entraînant une flexion du pied et des orteils.

Le syndrome des jambes sans repos atteint plus souvent les femmes et débute en général à l’âge adulte. Il faut savoir le dépister car il entraine une somnolence dans la journée, des difficultés de concentration et de mémorisation et une irritabilité parfois même une dépression. 

Certaines causes peuvent être recherchées comme un manque de fer (25% des cas) , un diabète, une polynévrite (30% des cas), ou des facteurs favorisant comme des médicaments, l’alcool. Cependant le plus souvent il n’y a pas de cause identifiée. Il existe une histoire familiale dans près de la moitié des cas. 

Comment est porté le diagnostic ?

En général votre médecin va se baser sur l’analyse de vos troubles pour répondre aux 4 critères internationaux définissant ce trouble :

  • 1) un besoin impérieux de bouger les membres associé à des paresthésies ou dysesthésies ;
  • 2) une agitation motrice pour soulager les symptômes sensoriels ;
  • 3) une apparition ou aggravation des symptômes au repos et un soulagement lors des mouvements ; et
  • 4) une aggravation des symptômes le soir et la nuit

Parfois il pourra demander un enregistrement nocturne de votre sommeil en articuler s’il suspecte une apnée du sommeil associée.

Que peut-on proposer ?

Il doit se faire sous contrôle et suivi médical. Le traitement d’une cause éventuel est à réaliser en premier lieu. Ensuite certains médicaments  peuvent être proposés comme la lévodopa et les dopamino-agonistes mais ils présentent des effets secondaires et également un risque de rebond à l’arrêt. Les antiépileptiques et les opiacés sont à considérer comme des médicaments de deuxième et troisième intention à utiliser respectivement dans les formes douloureuses et/ou résistantes aux dopamino-agonistes.

Pour en savoir plus :

 

 

 

 

Vous êtes une personne âgée ou un aidant, vous avez besoin d'aide au quotidien ?
Evaluez vos difficultés ou appelez-nous au 01 84 19 26 14
Sénior ou aidant
Evaluez vos difficultes au quotidien
Trouver des solutions adaptées
JE FAIS LE TEST
JE RECHERCHE
Veuillez remplir ce formulaire, un conseiller vous rappellera :
A propos de nous
Je Suis Autonome est le premier site internet qui analyse gratuitement les difficultés des seniors et de leurs aidants et qui les met en relation avec des prestataires de qualité. Auxiliaire de vie, aide juridique, portage de repas, soins esthétiques mais aussi équipement de sécurité, de téléassistance et aménagement de la maison, avec Je Suis Autonome, nous vous aidons à choisir pour que vous soyez bien chez vous en quelques clics. Nous vous conseillons aussi sur les maisons de retraite, les résidences de services et les hébergements temporaires.
Suivez-nous
Restez en contact sur les réseaux sociaux !


loading
Chargement...
Back to Top